Depuis quelques temps, je m’intéresse de plus en plus à la condition animale, à l’éthique. Ce qui m’a poussé, il y a bientôt 2 ans à arrêter de manger de la viande. L’alimentation est un sujet roi dans les médias, mais qu’en est-il des activités où l’on exploite les animaux ? En voyage, nous sommes parfois tentés de participer à ce genre d’expériences. On nous fait croire que les bêtes ne souffrent pas, qu’elles sont en bonne santé… Mais il n’en est rien !


J’ai eu de la chance de voyager dès mon plus jeune âge, partir dans des destinations lointaines… Mais je n’avais pas la maturité pour me rendre compte de ces pratiques cruelles, et peut-être pas le courage de refuser d’y participer. Même si personne ne me l’obligeait, en voyage organisé, on « suit » le programme.
Aujourd’hui je voulais donc vous faire part de mes regrets… Les 8 activités que j’ai pu faire au cours de mes voyages et que je ne recommencerai plus ! Et surtout, que je ne recommande pas :

1- Balade à dos d’éléphant

Dans les pays asiatiques et notamment en Thaïlande, les balades d’éléphants sont courantes. Il y a quelques années, j’ai fait une étape de mon road trip à Koh Chang (l’île aux éléphants). Les personnes qui s’occupaient du parc étaient sûres d’elles : les éléphants sont « heureux » et en famille, les touristes peuvent leur donner à manger (bananes etc), ils sont à l’ombre… Mais lorsque les guides les tiraient pour les amener à nous, et faisaient la promenade accompagnés d’outils dans le but de les canaliser ou les obliger à faire ce qu’on leur demandait, on comprend vite leur quotidien…
Quoi qu’il en soit, et peu importe dans quelles conditions ils sont « parqués », un éléphant n’est pas fait pour porter des touristes toute la journée. Pour les habituer à cette charge et à cette cadence, on les maltraite dès qu’ils sont petits. C’est ce que l’on appelle le rituel du « phaajan ».  Pour les inciter à perdre leur nature sauvage (leur âme d’animal), les dresseurs les torturent (enfermés, affamés, assoiffés et bien-sûr battus et étouffés). Vous retrouverez un article où tout est parfaitement expliqué ici. Pour que les éléphants obéissent aux guides, on les « pique » pour leur faire comprendre qu’ils peuvent recommencer le « phajaan ».
Maintenant que vous êtes au courant, évitez ce genre d’activité ! Ou ne regardez pas l’éléphant dans les yeux, vous y verrez de la tristesse…
J’aurai aimé savoir ça bien plus tôt !


2- Fermes aux crocodiles

Les fermes aux crocodiles ont pour but de parquer ces bêtes pour les exploiter dans l’industrie de la mode et de la maroquinerie notamment. Désormais, ces fermes attirent de nombreux touristes qui veulent, après avoir pris de super selfies avec eux, les déguster ! Et oui, j’ai fait partie de ces personnes… Mais j’ai tellement été dégoutée que je n’ai rien voulu manger. Et pour cause…

Les crocodiles sont extrêmement nombreux dans des conditions déplorables. Peu d’eau, en plein soleil, entourés de béton… Ce qui les stresse et les amène à se battre, parfois jusqu’à la mort ! Sans parler du manque d’hygiène (à cause du nombre) et des maladies qu’ils développent. On s’en rend vite compte par l’odeur…


3- Plantations de café à civette (kupi Luwak)

Saviez-vous que ce café est le plus cher du monde ? Les civettes se nourrissent en partie de cerises de café et leurs déjections sont ainsi récupérées pour en faire du café d’excellente qualité. À partir de là, rien d’inquiétant me direz-vous ? Bien évidement, quand les « crottes » de civettes sont ramassées en pleine nature, tout va bien. Mais les producteurs veulent faire de plus en plus de rendement et capturent ces animaux. Ils les enferment individuellement dans des petites cages, souvent sales. Les civettes sont nourries qu’à base de cerises de café, un régime déséquilibré qui les rendent faibles, maigres et en meurent parfois.
Les touristes viennent dans ces plantations pour déguster ce fameux café.  Mais il est conseillé d’éviter ce genre de pratiques cauchemardesques pour petit à petit, finir par les bannir !

Image associée

© Vivre demain


4- Zoos et autres parcs (citadelles)

Même si certains zoos s’occupent bien des animaux et participent au maintien des espèces, j’ai quand même du mal… Voir des animaux tristes, parqués dans des conditions toutes sauf naturelles… (À quel moment on ramène des girafes à Amsterdam ?!). Un animal est fait pour être dans la nature, ce n’est pas une attraction. Alors certes, ce n’est pas une pratique malsaine, mais la question de la condition animale prend tout sens dans ce cas. 


5- Observation des cétacés à une distance non respectée

En Andalousie, dans le détroit de Gibraltar, j’ai eu la chance d’observer des dauphins assez originaux : des Globicéphales communs, avec leurs têtes tels de vrais obus. Or, des dizaines de bateaux de touristes tournaient autour d’eux dans le but de les approcher au plus près ! Un erreur à ne pas commettre pour le bien-être des cétacés et surtout de leurs petits (quand il y en a). Il faut bien se dire une chose, nous sommes dans LEUR environnement et pas le contraire. La mer et l’océan sont leurs espaces de vie, leurs maisons… Que diriez-vous si on venait vous déranger chez vous ?

Cette prise de conscience s’est faite grâce à Espaço Thalassa, un super centre d’observation de baleines et de dauphins à Pico (Açores). Les guides luttent pour protéger les espèces et tout commence par le respect…


6- Corridas

Je n’ai jamais vu de corrida, car tout simplement, je n’adhère pas à cette « tradition » si on peut appeler ça comme ça. En revanche, à Séville, j’ai tout de même voulu visiter l’arène de la Real Maestranza de Caballería. En entrant et en voyant les trainées de sang dans le sable, restées du dernier « combat », je me suis promise de ne jamais participer à cette tuerie. À quel moment peut-on s’amuser à faire souffrir un animal et dans la plupart des cas, à le tuer ?

 Une très belle chanson traduit bien les pensées du taureau : la corrida – Francis Cabrel, à écouter attentivement…


7- aquariums

Au même titre que les zoos, j’ai décidé de ne plus entrer dans un aquarium. Je ne comprends pas comment on peut mettre un tas de poissons et autres espèces dans de si petits espaces. Imaginez : l’immensité de l’océan… pour les réduire à un aquarium ! On peut d’ailleurs parfois remarquer des poissons morts en bas des bassins. Sans parler des nuisances : les gens et les enfants qui tapent contre les vitres pour faire réagir les animaux… Les cris, les bruits à haute intensité, je ne pense pas que tout cela participe au bien-être des espèces. Surtout que les entrées sont souvent très chères !


8- Les combats de coqs

Les combats de coq, un loisir « traditionnel » très ancien, qui consiste à faire affronter deux coqs sur une aire. Aujourd’hui controversés, ils se pratiquent souvent illégalement et pour cause. Les coqs sont équipés de lames à leurs pattes pour blesser  leurs adversaires, jusqu’à la mort. Les bêtes sont excitées avant le combat en tirant sur les plumes et les ailes. Cette activité engendre bien évidement des paris et de l’argent. L’animal finit en sang au milieu des regards apitoyés… Triste expérience.


Et vous, quelles activités touristiques avec des animaux regrettez-vous d’avoir faites en voyage ? Le partage c’est lutter contre ces pratiques !

Author

Write A Comment